Rencontre avec Duhamel (05/02/19) – Prix Littéraire des Lycéens et Apprentis Rhônalpins

Rencontre avec Duhamel (05/02/19) – Prix Littéraire des Lycéens et Apprentis Rhônalpins

Rencontre avec Duhamel (05/02/19) – Prix Littéraire des Lycéens et Apprentis Rhônalpins

Aucun commentaire sur Rencontre avec Duhamel (05/02/19) – Prix Littéraire des Lycéens et Apprentis Rhônalpins

Prix Littéraire des Lycéens et Apprentis Rhônalpins

Le Prix Littéraire des Lycéens et Apprentis Rhônalpins est un prix littéraire décerné chaque année depuis 2013 par un jury composé de lycéens et d’apprentis qui récompense un roman et une BD francophone.

Les objectifs sont :

  • de favoriser la découverte de la création littéraire contemporaine en langue française, en encourageant l’exercice du jugement critique à travers la lecture
  • de susciter ou de renforcer le rapprochement et la mise en réseau des établissements scolaires avec les bibliothèques et librairies de proximité,
  • de découvrir une manifestation littéraire rhônalpine.

Sélection 2019

La Sélection des livres est élaborée par un comité de sélection composé de professionnels de la chaîne du livre (bibliothécaires et libraires), d’enseignants et de documentalistes.

Une liste de 4 œuvres de fiction (romans, nouvelles, récits…) :

  • Le Camp des autres, de Thomas Vinau, Alma éditeur
  • Demain c’est loin, de Jacky Schwartzmann, Éditions du Seuil
  • Fast-Food, de Grégoire Damon, Buchet-Chastel
  • Taqawan, de Eric Plamondon, Quidam éditeur

et de 4 BD :

  • Algériennes, de Deloupy et Swann Meralli, Marabout
  • Essence, de Fred Bernard et Benjamin Flao, Futuropolis
  • Le Porteur d’histoire, de Christophe Gaultier (d’après Alexis Michalik), Les Arènes
  • Le Retour, de Duhamel, Bamboo

 

Rencontre avec Duhamel

Une cinquantaine d’élèves de 2nd et de Bac Pro métier de la mode du lycée Elie Cartan ont rencontré mardi 5 février 2019 l’auteur et illustrateur de bande dessinée Bruno Duhamel autour de sa bande dessinée « Le retour » à la médiathèque La Passerelle à la Tour du Pin. Durant cette rencontre les élèves ont pu partager avec l’auteur au sujet de son parcours, évoquer les différentes sources d’inspirations de ce dernier (cinéma, littérature, bande dessinée , manga, héros révolutionnaires et politiques, et pas mal de notions philosophiques…).

Une rencontre émouvante et touchante lors de laquelle nous avons pu découvrir un auteur d’une grande exigence artistique et littéraire et d’une simplicité et sincérité qui restera très présente.

Biographie
Né à Mont-Saint-Aignan au siècle dernier, Bruno Duhamel arrive à Paris à l’age de 13 ans ou il effectue de brillantes études scientifiques qui se concluent par un Bac Littéraire emporté haut la main. Il décide donc de suivre cette voie et s’inscrit à la Faculté d’arts plastiques St Charles, tout en suivant les cours de morphologie de Jean-François Debord à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris. Il obtient sans le vouloir sa 1ère année de DEUG et décide d’entrer directement en seconde année à l’atelier de bande dessinée d’Angoulême. Mais l’École régionale des beaux-arts vient alors d’être (sobrement) rebaptisée École Européenne Supérieure des Arts et Technologies de l’Image (E.E.S.A.T.I), et il réalise face aux autres étudiants que son niveau artistique frôle l’abstraction. Pris par le sentiment d’être un mauvais élève de la fin du Neandertal paumé au milieu du musée Guggenheim, à la recherche d’un mur propre pour y poser une trace de doigt, il supplie le jury de le rétrograder au plus vite en première année… Il y rencontre quelques illustres professeurs tels que Dominique Hérody, Gérald Gorridge, Thierry Smolderen ou Claude Richard, mais aussi des étudiants scandaleusement talentueux tels que Jean Emmanuel Vermot-Desroches, Djozépé, fondateur du site Coconino, Tristan Lagrange, Natacha Sicaud ou Dan Christensen. Au bout de trois ans il obtient un diplôme des beaux-arts tout ce qui y a de plus banal et enchaîne sur une formation en image de synthèse au C.N.B.D.I (Centre National de la Bande Dessinée et de l’Image), qui se finit à Miami pour modéliser des piscines de luxe destinées aux plus démunis. Il en revient avec l’envie de devenir révolutionnaire à Cuba, et décide finalement d’entrer dans une célèbre entreprise de jeux vidéo française pour y faire des sites internet. Il démissionne volontairement quelques mois avant un plan social, ce qui lui permet d’éviter de justesse deux ans d’indemnités… La bande dessinée le rattrape en la personne de Frédéric Brrémaud, fils d’agriculteur vendéen né sur les rives de la Mer Rouge, responsable multimédia du pôle de l’image d’Angoulême, grand fournisseur d’Italiens auprès des meilleures maisons d’éditions, avec qui il crée les séries « Kochka », « Butch Cassidy » et « Harlem ». Depuis les rencontres s’enchaînent, et il réussit à épuiser les scénaristes les uns après les autres, en les forçant à l’obliger à dessiner des trucs super compliqués. En parallèle, il anime le site internet www.hibbouk.com

Laisser un commentaire

Retour en haut